«Une ville bâtie sous le niveau de la mer»
- le Cavalier de Bronze, un poème d'Alexandre Pouchkine
Le Code de Déontologie du Généalogiste Le Code de Déontologie à Responsabilité-Zéro est un "chef-d’œuvre" de cynisme dont les droits d'auteur reviennent à Serge Bouchard, avocat de Québec, Ce faux "Code" est tel que Michel Banville, l'ancien président de la Fédération, le décrit, une aberration:

La cupidité à l'Institut Drouin (Jean-Pierre Pépin, Sébastien Robert, Bertrand Desjardins) est le moyen de s'approprier tout ce qu'ils trouvent. Tout le développement est fondé sur le mensonge, le vol, les tricheries, les abus de confiance, les conflits d'intérêt, les dissimulations, le mépris de toute règle démocratique, l'absence chronique de transparence, la collusion, l'absence d'éthique et l'hypocrisie de cacher des actionnaires pendant des années! (le professeur-entrepreneur Bertrand Desjardins, Michel Pratt le président-fourbe), l'évasion fiscale, les parjures * (pour J.P. Pépin) etc... On croirait à une liste sans fin. Denis Racine, l'avocat de l'Institut Drouin et président de la Fédération a pataugé, plus que quiconque, dans le conflit d'intérêt et la duplicité. Il est de plus fort probable que, comme Bertrand Desjardins l'a fait, Michel Pratt cache être actionnaire de l'Institut Drouin, ment aux membres et préside la société du Marigot depuis des années en situation de conflit d'intérêt* avec ses co-actionnaires.
La manipulation est leur discours, leur Règle d'Or, sans foi ni loi. À l'Institut Drouin, on triche, on vole, on vous berne «par altruisme», pour votre bien ! ce lien.
L'Institut Drouin est bon voisin de «la famille Bougon», s'il y a une passe-passe croche, une magouille pour envoyer la facture à d'autres, en double ou même plus, refiler ses coûts à la collectivité : pourquoi hésiter? On s'approprie le travail de tous, on y aborde les droits des autres avec cynisme. La combine à tout coup... C'est aussi ça la généalogie !
* Conflits d'intérêt et Parjures suivre ce lien (à venir)

..LES PLUS IMPORTANTS PLAGIATS DE GÉNÉALOGIE

«francogène» plagiaire : Denis Beauregard; un plagiat GÉANT du Dictionnaire de René Jetté. Denis Beauregard a, en outre, plagié l’œuvre de R. Jetté de 1621 à 1825; c'est un vol représentant plus de 30 années de travail. Ce Plagiat découle (je cite) «d'une entente secrète»; Jean-Pierre Pépin, Bertrand Desjardins et la S.G.C.F. (Marcel Fournier) en ont une très grande responsabilité. Denis Beauregard était alors sur le c.a. de la S.G.C.F. et travaillait pour l'Institut Drouin. Voir tous les détails et la preuve de ce Méga-Plagiat à ce lien
Le «LaFrance». plagiaires : l'Institut Drouin (Jean Pierre Pépin, Sébastien Robert) / Bertrand Desjardins aidés par Michel Pratt (Société du Marigot).
Le «LaFrance» est une copie non autorisée par l'Éditeur Chenelière Éducation du PRDH (1621-1799) de l'Université de Montréal. Les plagiaires comptaient faire croire que les transcriptions 1621 à 1799 avaient été faites par l'Institut Drouin. Après avoir commercialisé illégalement le PRDH pendant 3 ans, l'Institut Drouin achète ce qu'il a volé et vendu (mai 2014). [VOIR encadré, ci-dessous.]
Il s'agit d'une combine frauduleuse impliquant Jean-Pierre Pépin, Sébastien Robert, Bertrand Desjardins (après avoir volé et remis les fichiers du PRDH à l'Institut Drouin , ce "professeur-entrepreneur" en devient actionnaire) et Michel Pratt qui a menti effrontément à son conseil d'administration et à son assemblée de membres et ce n'était pas la première fois. M. Desjardins cachait ses liens avec l'Institut Drouin, pour profiter d'une fausse indépendance universitaire; il a montré qu'il était "actionnaire" plus de 2 ans après sa retraite. Est-ce que M. Pratt va faire de même dans quelques mois, alors qu'il ne compte pas renouveler son mandat de président du Marigot? Michel Pratt, aurait-il été président en conflit d'intérêt pendant des années? ce lien
Le «BSQ 1926-1997». plagiaires : l'Institut Drouin (Jean Pierre Pépin, Sébastien Robert) / la Société de Généalogie de Québec (André G. Bélanger)/ La Société de Généalogie Canadienne Française (Gisèle Monarque). Le BSQ 1926-1997 a été obtenu de la plus hideuse façon, en méprisant une entente signée, de bonne foi, par Mme Mariette Parent (S.G.Q.) et le M.S.S.S.Q. en 2000. Les conditions étaient que les données de l'index, mises sur cdrom, étaient réservées à certaines sociétés de généalogie à but non lucratif, autorisées, l'utilisation en était restreinte à leurs locaux, une mention du M.S.S.SQ. était obligatoire. Le mépris du Droit au Respect de la Vie Privée est toujours vu comme un atout par cette Fédération, la duperie des moyens utilisés par les plagiaires sera dissimulée.
L'«Annuaire des Citoyens du Québec de 2003» (liste électorale volée). plagiaires : l'Institut Drouin la distribution a été faite à la Fédération même lors d'un «Conseil de la Fédération» présidé par Denis Racine (avocat de l'Institut Drouin, en conflit d'intérêt) en octobre 2005; Publication de la liste électorale volée de 2003. [interdite à l'été 2012, par la Cour Supérieure; l'institut Drouin en a appelé de la décision...]
La Cour d'Appel déboute Jean Pierre Pépin et son avocat-fumiste Denis Racine et fait une jambette aux «calvettes à entourloupettes» de M. Pépin qui en conserve une honorable mention à sa «turpitude» (décembre 2013).

Jean-Pierre Pépin étale sa mauvaise foi à la une du journal le Devoir (mai 2014). ce lien
* ces 4 plagiats ont pu bénéficier de la plus complète complaisance de la Société de Généalogie Canadienne Française (présidents : Marcel Fournier, Gisèle Monarque, Jean Pierre Pépin était sur le c.a. en 2000-2004)
** la Fédération des Sociétés de Généalogie a une grande responsabilité dans la diffusion de la liste électorale volée; le président en 2005-06, Denis Racine, était aussi l'avocat de l'Institut Drouin (Jean Pierre Pépin était sur le c.a. de la Fédération en 2005). Il est aussi hautement probable que cette liste électorale de tout le Québec (5,5 millions de personnes mentionnées) ait été obtenue illégalement par M. Denis Racine alors qu'il était organisateur électoral, en 2005, pour la défunte A.D.Q.
*** Denis Beauregard, Jean Pierre Pépin et Sébastien Robert ont été
administrateurs de Société et/ou de la Fédération.
**** La Société Historique du Marigot (et tout particulièrement Michel Pratt qui a menti à ses membres à maintes occasions) a grandement soutenu la distribution de la liste électorale volée et aidé à dissimuler l'utilisation non autorisée du PRDH pour le «LaFrance» de l'Institut Drouin.
Ça nous amène à vous inviter à notre «Bal Infernal et Démagogique» d'après une idée originale* de Jean Pierre Pépin avec l'inestimable contribution de Mikhaïl Boulgakov et de Nicolas Gogol. (Et, un Merci! particulier à ma bonne amie Fraülein Gretchen et à Herr Von Goethe - et une fois de plus on profite de n'importe quelle occasion qui se présente à nous pour envoyer nos meilleures salutations à certains de leurs compatriotes qui seraient - soupçonne-t-on, Aïe! aïe! aïe! - amis-lecteurs de ce blogue.)

LA JAVA DU DIABLE
Parce que le Diable s'aperçut
Qu'il n'touchait pas de droits d'auteur
Tout ça c'était d'l'argent d'foutu
Puisqu'il n'était même pas éditeur
- Charles Trenet
n


Великий бал у сатаны -
Сергей Алимов
Grand Bal chez Satan - Serge Alimov

NOTRE GRAND BAL INFERNAL EST CONSTITUÉ de 3 TABLEAUX :

- présentation du Bal - transport - orchestre.
- La suite de la série des
TRICHEURS sur expressément expressivement

J. P. Pépin.
- et la Lettre concernant MM. Racine et Bouchard.
le tout est à ce lien >> à venir


* «bal infernal et démagogiqu
propos de M. Pépin dans un courriel m'étant adressé ...
écrit avec toute son extrême mauvaise foi. Voir ce lien

mercredi, mars 15, 2017

Institut Drouin : Abrutir les gens c'est rentable.

«Une ville bâtie sous le niveau de la mer» 
le Cavalier de Bronze, A. Pouchkine


"Street Art"  - Artiste russe nommé "P-183" (Pavel Pukhov 1983-2013.  Voir le site.

  • les femmes  PIONNIÈRES absentes du PRDH : Un 2e courriel à Mme Lisa Dillon "directrice" (c'est un rôle quasi-bidon) du PRDH à l'Université de Montréal (v. plus bas).
  • Et, encore, les ADOPTÉS. Évidemment pour tenter de voir le droit à la confidentialité annihilé, c'est utile aux profiteurs de l'Institut Drouin de publier des donnés confidentielles, sans autorisation, mais quand c'est pour être conséquent, et mobiliser les généalogistes à appuyer les personnes adoptées... ben là. Ce n'est plus intéressant!
Pourtant, en 2002, lors de la Consultation de la Commission d'Accès à l'Information, quand les généalogistes [opportunistes] voulaient convaincre la CAI de leur accorder plus de droits, ils ont mentionné à plusieurs reprises la Loi aberrante sur les adoptés, et sur ce qui ce faisait en Europe. 
le Projet de Loi sur les Personnes adoptées. (Mme Marie Royal, la présidente de la Fédération, ne m'a pas répondu, n'a rien fait non plus, elle préfère faire semblant que «le Code de Déontologie du Généalogiste» existe. c'est écrit ça doit être vrai : les généalogistes respectent les droits d'auteurs et les Lois sur la confidentialité. C'est parfait pour flatter l'égo des Généalogistes, de vrais pros et déontologiques,, à part ça! Même Jean-Pierre Pépin, Michel Pratt et Marcel Fournier le sont.... c'est tout dire. Bravo!)
Un autre reportage, court mais excellent, de Radio-Canada : ce lien.
Trois personnes adoptées parlent de leurs cas - ils ont 50, 56 et 82 ans. Un professeur de droit de l'Université de Montréal y commente les faits. 
*
Un autre courriel  envoyé (en pure perte) à Mme Lisa Dillon, soi-disant "directrice" du PRDH 


Bonjour Mme Dillon,


Je n'ai pas reçu de réponse à ma demande du 8 mars dernier.
Est-ce que je dois comprendre que les Femmes vont demeurer exclues du rôle de PIONNIÈRES ?

Si les «Pionnier» sont mentionnés en fonction de leur année et lieu de naissance [ce lien] ; pour les «filles du roy», c'est tout autre. Elles sont classées en fonction de leur union à un «Pionnier».


Aucune mention, évidemment, sur le nombre de ces dames qui ont perdu la vie en donnant naissance à un Pionner-junior. Sans intérêt, elles n'ont pas  [donner]  donné leur «nom» que leur vie..

C'est vraiment consternant. Ce n'est plus de la Science, c'est de l'abrutissement.

merci

N. Bédard
Montréal

*


LE  PRDH  DE  TOUTES  LES  TURPITUDES.

PRDH : «autre nom» de l'Institut Drouin,
c'pas trop chic, mais c'est le registre des entreprises du Québec, qui le dit, avec Bertrand Desjardins comme «actionnaire»; ce qu'il a caché pendant des années ( il l'est depuis ~ 2009).
Un autre actionnaire caché est Michel Pratt qui a menti aux membres de la Société Historique du Marigot (il en était «président») pendant un 12aine d'années, pour pouvoir mieux tirer profits de son conflit d'intérêt. Ses coactionnaires (JP Pépin et S. Robert) étaient aussi sur le conseil d'administration de la Société! Leur avocat-fourbe Denis Racine, était lui, «président» de la Fédération, et évidemment vantait les prouesses de son client!
*
B. Desjardins et M. Pratt ont usé de la Société du Margiot pour dissimuler l'utilisation des transcriptions 1621-1799 (du PRDH et de Chenelières), en mentant aux membres, aux bénévoles, aux généalogistes, et en s'efforçant de faire croire que les transcriptions des actes anciens était le fait de "'Institut Drouin". Le nom du PRDH était rigoureusement caché partout, M. Desjardins appelait cela «la qualité de incorrection de l'Université de Montréal» (note : le petit extra en rouge, c'est moi qui l'ai ajouté). M. Desjardins et ses acolytes sont très forts pour les bobards. 

Idem pour leurs autres tricheries du genre : publication d'une liste électorale volée, publication des données de personnes adoptées, publication du BSQ 1926-1996 (un comble de bobards, dissimulation et tromperies).

N'est-ce pas ?


*

Omission 
Ça alors ! J'ai oublié de lui mentionner les plagiats faits par le PRDH 
de René Jetté, L. Larouche et L-P. Hébert !
Je suis impardonnable.



mercredi, mars 08, 2017

Sexime au PRDH (demande à Mme Lisa Dillon)



8 mars : Journée Internationale des Femmes.


Bonjour Mme Dillon,


Je me permets de vous faire une demande que je [vais]  fais depuis trop longtemps, c'est très peu de chose, c'est même un minimum à mon sens, mais... c'est long à se régler! 

Les «Femmes» sur le PRDH ne sont pas considérées comme étant des pionnières. Je trouve ça aberrant.

Je sais fort bien que votre rôle de "directrice" en est un d'apparat, que la barque est mené par Bertrand Desjardins (que j'ai en piètre estime, un euphémisme), et sa compagnie privée, l'Institut Drouin (ex-vendeur d'une liste électorale volée -too much pour un démographe - et vendeur du BSQ, une tromperie et un cumul de bobards, comme le reste)  dont il a caché pendant des années être actionnaire, même en faisant conjointement avec vous des demandes de subventions, pour 3 ans, au CRSH (2009).

La raison de ma demande est ici :



Pionnier ce n'est 'pionnier de nom', pour laquelle la langue française n'offre pas de mot. 
Inventez-vous en un !  
Je vous propose protonyme, s'il ne vous [conviens] convient pas, c'pas grave, ce n'est qu'un prototype.


merci à vous,

Natalie Bédard
Montréal


*
AJOUT :  14 mars 2017
je n'ai jamais eu de réponse... évidemment.
c''est tellement nul le PRDH.
la meilleure compétence de cette boîte est le
MENSONGE ET LA TRICHERIE.

*
le PRDH est maintenant un «autre nom»
de l'Institut Drtouin.
C'est écrit au registre des entreprises du Québec !

samedi, février 25, 2017

Courriel à MARIE ROYAL, présidente de la Fédération de Généalogie

--> suite de ce Billet



 Gaston Miron - Les Siècles de l'Hiver- écrit de sa main - 1956 
(NON libre de droit....)





Bonjour Mme Royal,

objet :  cette nouvelle sur Radio-Canada

Pas possible de voir encore les personnes adoptées, ne pas réussir à obtenir de changements à une Loi des années 1980, aux principes préhistoriques.

Les personnes adoptées ont fait à deux reprises des pétitions à L'assemble Nationales (2009, 2016). À ma grande consternation - lire à ma grande honte - les généalogistes ne les ont jamais appuyées.

Leurs pétitions ont récolté un très maigre 450 signatures, et la dernière, en septembre 2016, 900 signatures !
Quand on pense qu'il y a plus de 20 000 généalogistes [un chiffre très conservateur] au Québec, c'est vraiment gênant.

Mais, par ailleurs, quand c'est pour tricher, les Sociétés de Généalogie [ SGCF, SGCE etc...] vont dans les Évêchés, Code de Déontologie du Généalogiste sous le bras, et "négocient" en faisant grand état de leur soi-disant éthique (Pierre Connelly, Pierre Benoît) et de leur supposé respect des Lois.

À peine une permission obtenue, ils envoient ce qu'ils trouvent à l'Institut Drouin qui fait de leurs "trouvailles" un «registre des adoptés», une pure foutaise. Évidemment, les noms de Connelly, Benoît et des autres (Société des Laurentides etc...) n'y paraissent plus. Le silence des tricheurs et des gens sans parole. Et les généalogistes se taisent aussi devant ce gros bobard, pour ne pas déplaire aux gros menteurs que sont les QUATRE actionnaires de l'Institut Drouin [ Jean Pierre Pépin, Sébastien Robert, Bertrand Desjardins- qui a menti comme cochon pendant environ 5 ans sur ses liens avec l'Institut Drouin, et le plus fourbe de tous, Michel Pratt - qui a menti sur ses liens avec l'Institut Drouin pendant une 12aine d'année aux membres du Marigot, pour mieux faire profiter sa compagnie de son conflit d'intérêt - et ce, avec la complicité de la Fédération]  et du pire menteur de tous, l'ex-président de la Fédération, Denis Racine. 
Une fois encore, par pur opportuniste-généalogique (comme le vol et la diffusion de la liste électorale) : http://www.cai.gouv.qc.ca/documents/CAI_DSV_091570.pdf.

J'aimerais bien voir la Fédération de généalogie ENFIN! appuyer les personnes adoptés dans leurs éprouvantes démarches. Ça fonctionnerait pour sûr.

Je connais des gens qui sont complètement atterrés quand un de leurs ancêtres, du XVIII ou XIX siècle est "de parents inconnus". Alors, il n'est pas bien difficile de se mettre à la place de gens qui ne peuvent même pas avoir une idée de leur nom de famille, du nom de leur mère !

merci à vous 

Natalie Bédard
génalogiste (malheureusement) y'a pas de quoi être fière !
Montréal
*

PS : Je me souviens, Mme Royal, avoir lu que pour le 400e anniversaire de la Ville de QUébec, vous aviez tenu le rôle de "Fille du Roy"
Croyez-vous qu'un Fille d'une Roy soit une pionnière ?
Le PRDH s'entête à dire que NON. 
Pour le PRDH, Pionnier = Homme !
Il a décidé que pour être «pionnier», il faut laisser son nom. [j'ai beau leur rappeler que maintes pionnières avaient plus que laisser leur «nom» pour offrir de petits Pionniers-juniors à la Nation, elles y avaient laissé très souvent la Vie. Rien à faire. Ça ne fait pas le poids pour leur conception de la misogynéalogie]. Voilà, ils choisissent «Pionnier», pour ne pas à avoir à écrire un mocheté telle que «Pionnier de Nom», juste à dire ça, il me semble que ça saute d'évidence que c'est une vue de l'esprit, un concept abscons. la langue française n'a pas de mot pour ça, qu'ils s'en inventent un s'ils y tiennent tant «protonyme» (je leur offre gratos ce prototype de mot)... Mais les Pionnières existent bel et bien; c'est d'une suffisance finie que de le nier, pour faire un raccourci lexical et par paresse intellectuelle!
Qui va faire quelque chose ?  C'est du pur abrutissement ce «pionnier» que mâle, du sexisme primaire.
Grrrr.

* courriel sur mon blogue





OPPORTUNISTE  - GÉNÉALOGIQUE
Les généalogistes se foutent éperdument du déni de droits subi par les Personnes Adoptées.
Ce qui les intéressent dans ce cas, c'est ce qu'ils peuvent en tirer pour eux-mêmes...
Ainsi, ils ont publié les données personnelles de personnes adoptées, non pas pour les appuyer, mais pour tirer partie de cette faute de droit, et poursuivre leur propre guerre (Denis Racine, JP Pépin) contre la confidentialité des données personnelles.

de la plus pure hypocrisie... avec le silence, d'«universitaires», tels que le marron Bertrand Desjardins, certaienement le seul «démographe» au monde, propriétaire d'une compagnie qui vendait une liste électorale volée. Pitoyable.


 Gaston Miron - Poème
je l'ai pris (sans droit) ici  : ce lien.

samedi, janvier 21, 2017

Sexisme et PRDH | 3e tentative...




Un Courriel
adressé à Mme  Mona Andrée Rainville
Je n'ai pas grand espoir, mais rien à perdre !



Bonjour Mme Rainville,

J'ai vu votre nom sur cette page : http://www.genealogie.umontreal.ca/fr/les-filles-du-roi.

J'ai tenté par 2 fois de faire changer le propos du PRDH de la page des "Pionniers" (uniquement des messieurs...), en vain.

Le PRDH s'est inventé une notion de Pionnier de la Famille... excluant les femmes comme pionnières. Une aberration quant à moi.

Pourtant, les travaux de Yves Landry, mentionnent bien les «filles du Roy» comme étant «Pionnières». Seulement, par un usage plus ou moins précis de mots, le PRDH en est arrivé à mettre «ancêtre» et «pionnier» qu'un masculin !

La langue française n'a pas de terme qui signifierait spécifiquement: ... donneur de patronyme de première génération !? Le choix lexical de Pionnier et Ancêtre n'est pas exact, parce que de l'autre côté sans la moindre explication, le PRDH exclut les femmes.

Consternant aussi l'intérêt que l'on porte à l'origine (géographique) de ces messieurs "Pionniers" alors que l'origine des «Filles du Roy» découle, d'après le tableau, de leur date de mariage au «Pionnier». Une vision bien sexiste. [Ailleurs sur le site on invite les changer  [gens] à «chercher votre ancêtre», un monsieur, il va s'en dire.]

merci à vous, si vous pouvez tenter de faire en sorte que le "PRDH" * [modifie sa page] , ou à tout le moins qu'il explique son utilisation plus ou moins juste de terme, un choix lexical - qui n'a rien de scientifique ou démographique - menant à l'exclusion des femmes de ces familles pionnières.





Notez le très singulier singulier de «Pionnier». 



Bonne journée à vous,


Natalie Bédard


*notez que le "PRDH" est maintenant une compagnie privée...C'est écrit noir sur blanc dans le Registre des Entreprises du Qc, Bertrand Desjardins a dissimulé pendant des années ses intérêts privés pour mieux leurrer nombre de personnes. Un autre actionnaire de cette compagnie est Michel Pratt, qui a lui aussi menti pendant des années (au moins 12 ans) et caché ses (confllts d') intérêts pour tromper les membres de la Société du Marigot, et tiré partie de son double emploi.


* j'ai pris votre adresse courriel ici : ....


...

mes chances d'avoir une réponse, sont près de Zéro.
la généalogie c'est comme ça.
Faut pas déplaire à la bande de menteurs et de tricheurs de l'Institut Drouin.

jeudi, octobre 20, 2016

[reprise] GÉNÉALOGIE | nouveauté concernant l'adoption et la confidentialité

GÉNÉALOGIE  | Adoption


C'est une nouveauté que j'ai vu sur le site de l'Assemblée Nationale du Québec.
Enfin!  Le projet de loi attendu depuis 2006 est à l'Étude (j'en ai déjà parlé sur mon blogue de ce délai épouvantable). Il concerne la confidentialité des données des personnes adoptées (et leur apporte, une meilleure possibilité de pouvoir connaître leurs parents.)

La présente Loi date de ~ 1980 !   [Code Civil (1991) art. 582, 583, ]
Le projet de Loi fait en sorte que les personnes pourront avoir les noms de leurs parents (ou enfants) "en absence d'un refus" de ces derniers.  (auparavant, il fallait avoir l'acceptation. Une absence de réponse était considérée comme un "refus" ).
Si je comprends bien : ainsi, une personne adoptée dont la mère serait décédée (donc ne pourrait "refuser") obtiendrait après un délai, son nom.
32. L’article 583 de ce code est remplacé par les suivants: 
«583. Tout adopté, y compris celui âgé de moins de 14 ans qui a l’accord de ses père et mère ou de son tuteur, a le droit d’obtenir, auprès des autorités chargées par la loi de les révéler, ses nom et prénoms d’origine, ceux de ses parents d’origine et les renseignements lui permettant de prendre contact avec ces derniers. De même, lorsque l’adopté est devenu majeur, le parent d’origine a le droit d’obtenir les nom et prénoms donnés à celui-ci et les renseignements lui permettant de prendre contact avec lui. Les renseignements ne peuvent toutefois être révélés si un refus à la communication de l’identité ou un refus au contact, selon le cas, y fait obstacle. 
91. Dans le cas d’une adoption antérieure à la date de l’entrée en vigueur de l’article 32 de la présente loi, les renseignements relatifs à un parent d’origine ne peuvent être révélés avant l’expiration d’un délai de 18 mois suivant cette date, sauf s’il y consent. Toutefois, si celui-ci est décédé avant l’expiration de ce délai, ils ne peuvent être révélés avant le premier anniversaire de son décès.
On peut commenter le projet de Loi,  j'y ai mis mon petit quelque chose [voir le lien de l'assemblée Nationale] concernant la Généalogie... et leur ai glissé un mot (je ne m'attends à rien du tout, évidemment, mais quand même) concernant les tricheries de l'Institut Drouin.

J'ajoute ceci
En 2009, il y avait eu une pétition pour que le gouvernement accélère ce projet de Loi,
qui avait déjà été vu par des commissions parlementaires. J'avais mis le lien sur des sites de généalogie, et avais pu constater comment les généalogistes se foutaient épouvantablement des Personnes Adoptés. Mes "forums" ont été vus énormément, mais les gens, des généalogistes, ne se donnaient même pas la peine de signer. 
Deux personnes avaient même écrit sur un de mes forums [le site de Racine/Croteau] : (de mémoire) «ça ne regarde pas les généalogistes»  ... !  Ô Égoïsme

En tout la pétition n'avait récolté qu'un désolant 450 signatures. Pas un seul organisme de Généalogie n'avait encouragé ses membres à la signer, ni avait mis la pétition sur son site pour lui faire un peu de pub, incluant évidemment le cupide Institut Drouin qui ne se gène pas pour mettre en ligne pour s'attirer de la clientèle [CA$H! étant sa devise] des données confidentielles.
PÉTROUCHKA  (Stravinsky / Diaghilev)

 
Je constate qu'une nouvelle pétition à l'Assemblée nationale a été faire récemment : pétition à ce lien


Voici comment se présente ce projet de Loi.

Projet de loi n°113 : Loi modifiant le Code civil et d’autres dispositions législatives en matière d’adoption et de communication de renseignements

(les soulignements et les gras sont de moi)
« (...) Ces nouvelles règles permettraient à l'adopté et à ses parents d'origine de connaître l'identité de l'autre ou de se contacter en l'absence, selon le cas, d'un refus à la communication de l'identité ou d'un refus au contact. Pour l'adopté mineur, la confidentialité de ces renseignements identificatoires serait toutefois assurée jusqu'à sa majorité, à moins qu'il n'en décide autrement. Pour les adoptions antérieures à la réforme proposée, les refus déjà exprimés seraient maintenus; le parent d'origine qui n'aurait pas déjà manifesté un refus à la communication de son identité aurait la possibilité de le faire au cours de la période déterminée, alors que l'identité de l'adopté, qu'il soit mineur ou majeur, serait protégée de plein droit, sauf s'il consent à sa communication. Le projet de loi prévoit de plus que l'ensemble des mesures proposées en cette matière s'applique aux personnes admissibles à l'adoption, mais qui n'ont jamais été adoptées.»
Voir la description sur le site de l'Assemblée Nationale.  ce lien On peut aussi  y laisser un commentaire.
on peut voir le point de vue du mouvement "Retrouvailles"  à ce lien

le commentaire que j'ai laissé sur la page de ce projet de Loi sur le Site de l'Assemblée Nationale :

Bonjour,

J'ai lu avec intérêt le projet de Loi no 113 modifiant les règles concernant l'adoption.

- En tant que généalogiste, je suis tout de même consternée de constater que les DESCENDANTS d'une personne adoptée ne seraient pas en mesure de pourvoir connaître leur ascendance.

- Je trouve aussi étonnant le fait que le Code Civil soit modifié sans que ne soient resserrées les règles de Confidentialité, lesquelles ont été mises à mal par une Compagnie Privée "l'Institut Généalogique Drouin"  (laquelle avait acquise les données confidentielles depuis des actes Religieux de Société de Généalogie : Société de Généalogie des Cantons-de-l'Est, Société de Généalogie Canadienne-Française (Montréal) surtout ... Ces sociétés ont leurré les Chancelleries des Archevêchés en faisant valoir un simulacre de "Code de Déontologie du Généalogiste", qui n'a jamais été appliqué et qui a été créé en 1994, spécifiquement dans le but de tromper le Directeur de l'État Civil.

-> Voir la décision de la Commission de l'Accès à l'Information (février 2015) :
http://www.cai.gouv.qc.ca/documents/CAI_DSV_091570.pdf

Voir aussi les actes d'adoption qui devaient être confidentiels, mais qui toujours en ligne sur le site de l'Institut Drouin (qui a interjeté appel de la décision de la CAI)
http://www.institutdrouin.com/adoption.html

- en fin, je trouve étonnant, que le Directeur de l'État Civil ou la CAI n'ait pas de pouvoir sur les abus faits à la confidentialité du Registre de l'État Civil. Il y a un non-sens dans la Loi (sur le respect des renseignements personnels) qui retire à la CAI la protection des données personnelles du Registre de L'état Civil, sans toutefois donner au DEC le pouvoir d'enquête ou autre en cas d'abus... Il y a un vide.

--> Il y a eu un autre abus de la même compagnie qui vend sur son site les données qui devraient être confidentielles de Mariages et de Décès, de 1926-1997 (ce sont des ~ 5 millions d'actes du Registre de l'État Civil, seulement ils proviennent du MSSSQ et de l'ISQ) .
[une décision de la CAI est attendue ... ça fait un an que l'audience a eu lieu (oct 2015 !) ]

merci

Natalie Bédard
Montréal
 


ALEXANDRE BENOIS (le même qui a dessiné
"notre" Eugène) - costume pour le Ballet "Petrouchka"
Петрушка de Igor Stravinsky 



votre moujik,

N